La pollution de l’air intérieur : un sujet de santé publique

Contrairement à la pollution de l’air extérieur, plus médiatisée, celle de l’air intérieur est encore méconnue. Pourtant, nous passons en moyenne entre 80 et 90 % de notre temps dans des environnements clos : domicile, lieux de travail ou public, moyens de transport. L’air que nous y respirons est environ 5 à 7 fois plus pollué qu’à l’extérieur.

 D’où vient cette pollution ?

Ces endroits confinés nous exposent à de nombreux polluants d'origines variées : produits ménagers et de bricolage, monoxyde de carbone provenant d’appareils à combustion, poussière, tabac, bougies et encens, acariens, moisissures provoquées par l'humidité...sont autant de particules nocives présentes dans notre habitat.

Les sources de pollution sont nombreuses et variées. Elles dépendent notamment des caractéristiques du logement (isolation, ventilation, etc.), des activités et des comportements (tabac, bricolage, peinture, etc.).

 Quels sont les effets sur la santé ?

L’impact de la pollution de l’air intérieur a été étayé par de nombreuses études scientifiques. La qualité de l'air de notre habitat peut avoir un impact sur la santé et le bien-être, depuis la simple gêne : olfactive, fatigue, somnolence, maux de tête, vertiges, nausées, irritation oculaire ou cutanée, jusqu'au développement ou à l'aggravation de pathologies : allergies, irritations des voies respiratoires, asthme, voire intoxication, cancer ou maladies cardiaques dans les cas les plus extrêmes. 

Femme enceinte, enfant, personne âgée ou asthmatique, soyez vigilants !

Les femmes enceintes, les enfants, les personnes âgées ou asthmatiques sont particulièrement exposés aux risques face à ces polluants parce qu’ils sont plus fragiles mais aussi parce qu’ils passent plus de temps à l’intérieur.

Pollution de l'air intérieur - Femmes enceintes

Quelles solutions pour améliorer la qualité d’air de mon logement ?

1. Identifier les sources de pollution

Agir à la source reste la solution à privilégier pour limiter les polluants. Encore faut-il les avoir identifiés en amont.
Vous avez du mal à respirer ou vous souffrez d’asthme ? Un air trop humide ou trop sec peut vous incommoder.
Vous souffrez de maux de tête à répétition ? Quelques particules de monoxyde de carbone suffisent à déclencher des migraines.
Certains détecteurs connectés intelligents ont pour vocation de vérifier que l’air de votre maison est sain.
Grâce à leurs capteurs et à leurs algorithmes, ces appareils vont mesurer en permanence la qualité de l’air intérieur ainsi que la température et l’humidité ambiante de votre domicile.
Vous êtes informé en temps réel et alerté en cas de risques pour votre santé. Vous pouvez réguler votre air intérieur et éviter par exemple qu’une humidité excessive ne s’installe.

 2. Agir sur ces sources de pollution

La clé d'un logement sain passe par une température et un taux d’humidité constants et adaptés dans l’habitat. Des capteurs d’analyse de qualité d’air peuvent vous aider à contrôler efficacement les indices de qualité d’air intérieur de votre logement.

Un renouvellement régulier de l'air intérieur est également primordial afin de réduire la concentration des polluants présent dans votre habitat. Pour cela, il est indispensable d'aérer régulièrement votre logement et de s’équiper d’un système de ventilation efficace (bouches d’aération ou VMC). Enfin, pensez à adopter les bons gestes au quotidien : fumer à l’extérieur, opter pour des produits d’entretien naturels et écologiques, nettoyer et passer fréquemment l’aspirateur, éviter les désodorisants, encens ou autres parfums d’ambiance et investir plutôt dans des plantes dépolluantes !

Pollution de l'air intérieur



 La pollution de l’air intérieur en chiffre : 

  • Nous passons en moyenne entre 80 et 90 % de notre temps à l’intérieur.
  • L’air que nous respirons à l’intérieur est 5 à 7 fois plus pollué qu’à l’extérieur.
  • Près d’1 personne sur 5 déclare avoir déjà ressenti les effets de la pollution de l’air intérieur sur sa santé ou celle de son entourage.
  • La pollution de l’air intérieur cause chaque année la mort prématurée de 3,3 millions de personnes dans le monde et 20.000 en France
  • Près de 3% du coût mondial de la maladie est dû à la pollution de l'air intérieur
  • De manière générale, en France, on évalue le coût de la mauvaise qualité de l’air intérieur entre 10 et 40 milliards d’euros par an